Pub
logo croixdusud.info - Nouvelle-Calédonie

carte ciguateraCarte des zones à ciguatera ( Centre d'océanologie
de Marseille.)

La gratte

Le terme "gratte" est employé en Nouvelle-Calédonie et dans l'Outre Mer français. La dénomination savante est "ciguatera". La ciguatera est transmise à l'homme par la consommation de certains poissons des récifs et lagons.

La ciguatera affecte la plupart des régions maritimes tropicales à récifs coralliens. Elle est endémique en Nouvelle-Calédonie.

Origine

Les édifices de coraux tués par divers phénomènes (pollution, élévation de la température, etc.) sont colonisés par des algues (tels Halymenia sp., Portieria sp., Turbinaria sp. and Sargassum sp. etc. ) qui sont des hôtes pour des micro-organismes : les dinoflagellées. Celles-ci génèrent des toxines.La principale toxine de la ciguatera est la ciguatoxine..

Les poissons herbivores comme le poisson chirurgien et les mangeurs de corail comme le poisson perroquet consomment ainsi les toxines qui suivent la chaîne alimentaire. Elles se concentrent dans les grands poissons carnivores; murènes , carangues, mérous et barracudas. Le pêcheur sous-marin est en bout de chaîne... Les crustacés et les coquillages du lagon peuvent également être infectés (mais ça semble rare).

La toxine n'est pas détruite par la cuisson ou la congélation. La viande du poisson intoxiqué n'a aucun goût spécifique. La toxine n'altère pas la qualité gustative du poisson.

Symptômes et diagnostic

Les premiers symptômes surviennent quelques heures seulement après la consommation. Ils sont similaires à ceux provenant d'un empoisonnement banal: diarrhées, vomissements, maux de tête. Ils sont accompagnés d'un abaissement de la tension artérielle et d'une faiblesse qui peut durer plusieurs jours. Les symptomes durables sont des démangaisons, des sentations de picottements intenses au toucher d'objets froids ou sous la douche. Ils sont accentués ou réactivés par les boissons alcoolisées ou par la consommation de poisson quelqu'il soit, même en boites.

Certaines personnes très sensibles aux toxines peuvent être victimes de troubles plus graves (choc anaphylactique).

La periode durant laquelle ces symptomes peuvent se manifester dure généralement 2 à 3 mois.

Traitement

Le traitement habituel est essentiellement symptomatique et comprend des antihistaminiques, du gluconate de calcium et des vitamines, B12 notamment.

Le traitement par le mannitol se fait en clinique dans les cas graves.

Traditionnellement en Nouvelle-Calédonie on se soigne avec des infusions de nombreuses plantes. Certaines préparations de la medecine traditionnelle semblent être efficaces. Des résultats préliminaires d'études menées par l' IRD (ex Orstom) ont confirmé l'activité de certaines plantes comme le faux tabac (argusia argentea) et le faux poivrier (schinus terebenthifolius). L' IRD a dénombré une liste d'environ 100 plantes de Nouvelle-Calédonie et du Vanuatu connues pour traiter la gratte, mais beaucoup doivent être encore scientifiquement testées.

En tout état de cause il convient de boire beaucoup d'eau pour favoriser l'élimination de la toxine. Ainsi les infusions ou décoctions de certaines plantes comme la "liane jaune", donneraient des bons résultats peut-être à cause de leurs qualités diurétiques. En revanche éviter toute boisson alcoolisée et toute consommation de poisson et ceci durant plusieurs mois

La détection des poissons "gratteux"

Il n'y aurait pas encore de test bon marché et fiable permettant de détecter la toxine dans les poissons. A noter toutefois qu'un kit de test est vendu par Oceanit Test Systems, Inc. mais nous ne savons pas quelle est sa réelle efficacité.

En Nouvelle-Calédonie de nombreux tests empiriques sont pratiqués mais leur fiabilité est aléatoire. Le plus connu consiste à placer des morceaux du poisson, le foie notamment, sur une fourmillière. Les fourmis sont censées périr si la toxine est présente. Les amis des animaux réprouvent le test, pourtant réputé efficace, et qui consiste à donner ces morceaux à l'essai à son chat. Cet animal est trés sensible à la toxine et le test lui est souvent fatal.

Théoriquement tous les poissons du lagon peuvent être affectés. En fait les poissons les plus dangereux sont les prédateurs les plus agés (donc les plus gros). Pour la liste des poissons à gratte, ou de ceux réputés non "gratteux", consulter les gens du cru. Il se consomme beaucoup de poissons du lagon en Nouvelle-Calédonie et les intoxications ne sont pas trop fréquentes. L'expérience locale a donc une réelle efficacité.

Les poissons pêchés hors du lagon sont exempts de la ciguatera (thons, marlins, vivaneaux, mahi-mahi) et vous rassureront complètement. Par souci de sécurité ce sont surtout ceux-ci qui sont servis dans la plupart des restaurants de Nouméa.

Sources des informations scientifiques : CENTRE D'OCÉANOLOGIE DE MARSEILLE , aquarium de Nouméa (affichage) , The Ciguatera Home Page par Donna G. Blythe, MD.

Reproduction partielle ou totale à des fins de publication et diffusion des contenus de ce site requierent l'autorisation de www.croixdusud.info