croixdusud.info Nouvelle-Calédonie

La mine Fern-Hill

En octobre 1870, 4 prospecteurs venus d'Australie, Victor Hook, Georges Piher, Elisée-Félicien Bailly, John Borgnis, déclarent la découverte d'un terrain aurifère à Manghine (vallée du Diahot). Ils baptisent leur mine "Fern-Hill". La concession leur est attribuée et ils en commencent l'exploitation à la main de façon artisanale.

John Higginson s'y intéresse et apporte les capitaux nécessaires à l'achat de matériel et notamment d'une machine à broyer de 15 pilons. En octobre 1871 l'exploitation tourne. Fin 1873 la production est de 144,553 kg d'or ayant nécessité de broyer 1200 t de minerai. La Compagnie de la Fern-Hill est fondée en octobre 1874 entre les 4 découvreurs, John Higginson, Morgan et quatre nouveaux associés. Puis John Higginson rachète les parts des 4 découvreurs. En 1875 la totalité des parts reste à John Higginson et William Morgan. Ils utilisent alors quelques uns des 300 forçats que l'Administration pénitentiaire leur a mis à disposition pour l'exploitation de la mine de cuivre Balade débutée en 1873 et située dans la même région d'Ouégoa.

Fin 1878 la production totale de la mine depuis le début est de 212,849 kg. Elle en restera pratiquement là. La zone exploitable est quasi épuisée. Au-dessous de 25 m l'or lié à la pyrite n'est plus libéré par l'altération superficielle des roches. Malgré des teneurs élevées (50g/t est cité), le minerai dit "réfractaire" n'est pas traitable par la technologie de l'époque.

Suivent d'importants travaux de prospection. Fonçage commencé en 1882 et achevé 6 ans plus tard du puits "Hill" à 112 m de profondeur et qui aurait recoupé une importante zone de à pyrite aurifères à - 91 m, mais l'or ne peut en être extrait malgré les recherches de Louis Pélatan. La Fern-Hill Gold Mining Society créée en 1896 fonce en 1897 le puits "Scott" (recommandé par l'ingénieur anglais Scott) à plus de 100 m et ouvre des galeries de reconnaissance à sa base, sans bons résultats. Le puits "Hoskins (nom du Directeur de la mine Pilou) est foncé ensuite sans meilleurs résultats. En août 1900 le rapport de l'ingénieur W. Chendall envoyé en mission d'évaluation, conduit à la fermeture.

En 1936 la Fern-Hill est mise aux enchères et adjugée au japonais Mukuara. Il n'y fait rien.

Sa concession est mise sous séquestre de l'Etat Français lors de la seconde guerre mondiale.

La mine et ré-étudiée par le BRGM dans les années en 1957-1958 puis dans les decennies 1970 -1990. L'Etat lui a cédé la concession. Celle-ci est ensuite cédée en 1993 à la société australienne Asia Pacific qui en fait une prospection nouvelle et approfondie avec des sondages, sans résultats semble-t-il encourageants.

Sources : "Memorial Calédonien", Tome II, Ed. Glasser, Rapport sur les richesses minérales de la Nouvelle-Calédonie, Dunod, 1904. Infos. personnelles J.J. Espirat